Découvrez Léa, chargée de production des actions culturelles


Bonjour Léa, pouvez-vous vous présenter et nous expliquer votre mission au sein de Scènes australes ?

Je m’appelle Léa, je suis chargée de production des actions culturelles pour scènes australes. J’organise les actions culturelles pensées par David GABRIEL-ROBEZ, responsable des actions culturelles.

Est-ce votre première expérience dans ce domaine ?

En production non, par contre c’est la première fois que je suis en charge de la production d’actions culturelles, généralement je travaille en production artistique sur des festivals et des tournées. La dimension sociale n’est pas du tout la même, et en ça, cette nouvelle expérience m’a particulièrement plu.

Parmi les actions culturelles mises en place cette année dans le cadre du Festival SAKIFO, laquelle vous a particulièrement interpellée, marquée ?

Sans hésiter, le concert scolaire. J’ai été très fière de participer à la mise en place de cette parenthèse de bonheur que nous avons offert à ces élèves dans ces temps compliqués de restrictions sanitaires qui leur permettent pas ou peu de bons moments comme celui-ci.
J’ai également apprécié aider à la mise en place du Risofé, c’était très appréciable de voir toute l’équipe de l’Afémar*, si heureuse et motivée de participer de nouveau à une nouvelle édition du Risofé ! C’est une équipe de bénévoles pleine de convictions qui offrent une énergie incroyable à la mise en place de leurs actions, un vrai modèle de personnes engagées !

Et celle qui a posé le plus d'inquiétudes ?

La scolaire qui de par la situation sanitaire a demandé une organisation stricte et très protocolaire. Mais aussi le Risofé qui, du fait de devoir se dérouler cette année dans le site du Sakifo au lieu du quartier de Terre Sainte, s’est vu imposé une nouvelle organisation auquel chacun a dû s’adapter en très peu de temps.

Comment a réagi le public ?

Super bien !

Que pensez-vous de ces actions culturelles ?

Je trouve que ce sont des actions importantes à mener pour certes le bénéfice culturel mais aussi pour le bénéfice social.
A travers la proposition du concert scolaire, nous avons reçu des enfants qui n’avaient jamais vécu l’ambiance d’un concert, nous avons pu observer aussi un changement sur le lien entre professeurs et élèves qui, à ce moment précis, ont un statut commun de spectateurs qui profitent ensemble d’un chouette moment.
Le Risofé, quant à lui, du fait d’être gratuit, est accessible à tout le monde. Qu’importe d’où chacun vient et de ce qu’ils font dans leur vie, une fois sur site, on ne voit plus que un seul et même public, tous là pour la même chose : écouter et danser sur de la bonne musique en mangeant une bonne barquette de Risofé !

Pour terminer Léa, avez-vous envie d'ajouter quelque chose ?

Mon mot de la fin, il sera pour David, que je tiens particulièrement à féliciter pour son engagement à travers la mise en place de ces actions et pour qui j’ai une grande admiration, surtout quand on sait qu’il fait ça bénévolement et donc simplement par cœur et conviction. Le monde manque cruellement de personnes comme lui !

Merci Léa

Avec plaisir Antonella :)